LES TROIS GUNAS

Selon la philosophie du yoga, la nature – le monde manifesté , physique et psychologique – est composé de trois qualités appelées « gunas ». Ces qualités sont comme des fils mis ensembles pour former un brin. Ces qualités sont indissociables . Tout ce que nous pouvons voir ou penser est un mélange de ces 3 qualités dans différentes proportions.

A l’origine du monde les 3 gunas étaient en parfait équilibre. C’est un déséquilibre des gunas qui met en branle la création de l’univers. La répartition et proportion des gunas est à la base de la structure matérielle et psychique de chaque « objet ». Ce sont des forces, des énergies en compétitions l’une par rapport à l’autre. Chacune à ses caractéristiques propres :

*guna SATTVA : se traduit physiquement par pureté, légèreté ; psychologiquement par tranquillité, calme. Elle engendre le bonheur.

*guna RAJAS : se traduit physiquement par activité, mouvement, psychologiquement par passion. Elle est à la base de tout effort, ainsi qu’à l’agitation et l’instabilité. Elle engendre la souffrance.

*guna TAMAS : se traduit physiquement par solidité, résistance, psychologiquement par stupidité, inertie. Elle engendre l’indifférence.

Sattva est assimilée à une tendance ascendante, elle représente la luminosité ou la connaissance. Rajas à tendance à l’expansion, qui permet à l’être de se développer dans un certain état. Tamas à une tendance descendante, elle représente l’obscurité, ou l’ignorance.

Dans l’espèce humaine, rajas prédomine. C’est pour cela que chacun d’entre-nous s’agite sans cesse à la poursuite de notre but (le règne végétal est plutôt tamasique, tandis que pour le divin, sattva domine).

On peut tous observer dans le monde qui nous entoure un mélange de bonheur, de souffrance et d’indifférence. La perception que l’on en a dépend fortement du point de vue auquel on se place.

Prenons comme exemple la pluie : elle crée le bonheur des agriculteurs, la « souffrance » de tous ceux qui ont une activité extérieure, et l’indifférence de ceux qui sont à l’abri dans leur maison.

On voit la qualité qui nous arrange . Voir les choses comme elles sont : voilà un des buts du yoga.

Les trois qualités sont en compétition. Mais lorsque l’une des qualités prend le dessus, les autres se mettent à son service pour l’aider. Voyez par exemple les trois enfants d’une même famille : chacun entre en compétition pour se mettre en évidence au détriment des autres, mais dès que l’un des enfants sera confronté à une difficulté, les deux autres viendront l’aider .

Nous pouvons observer également ces 3 qualités dans le caractère de chaque personne :

grossier, ignorant, paresseux pour celui qui est dominé par tamas ; actif, intrépide, passionné si dominé par rajas (exemple : homme d’état), calme, clairvoyant, réfléchis si dominé par sattva (exemple : un sage ; un saint).

On peut encore reconnaître tamas dans le corps, rajas dans la force vitale et la vie émotive, sattva dans l’intelligence.

On donne souvent l’exemple de la lampe à huile pour illustrer les 3 gunas. La flamme représente SATTVA (la luminosité), l’huile RAJAS (le carburant), et la mèche TAMAS (l’inertie). Si nous sommes attentifs, nous pouvons voir qu’effectivement tout ce qui nous entoure est comme une lampe à huile. Parfois la mèche est immense, avec peu de carburant, la flamme ténue, parfois la flamme est vive et éclatante, parfois le carburant voudrait tout embraser.

Vous pouvez effectuer le petit exercice suivant : analyser et noter la proportion, en pourcentage, des 3 qualités :

– de votre maison : est qu’elle est lumineuse, spacieuse( sattva), est-ce qu’il y a du mouvement, une vie sociale (rajas), est-ce qu’elle est plutôt sombre, étriquée, ou située près d’une rivière (tamas)

– de votre travail

– d’une personne proche (un parent, un enfant)

– vous-même

Observez sans porter de jugement. Voyez simplement les choses comme elles sont. Comment apporter de la légèreté, subtilité, luminosité à votre existence ou aux autres.

Essayons , par notre pratique du yoga, d’équilibrer les 3 gunas, car le déséquilibre crée la souffrance. On peut d’ailleurs se concentrer, lorsque nous effectuons une posture de yoga, ou pendant toute la séance, sur ces 3 gunas. J’ai déjà un peu évoqué cet aspect lors de séances précédentes :

TAMAS nous relie à la terre . Pendant une posture, nous avons toujours une partie du corps en appui sur le sol, que cela soit, le pied, la main, le ventre, le genou, la tête. Prenons conscience de cet appui, utilisons le sol comme tremplin , bien ancré mais sans s’écraser pour mieux bouger et s’étirer.

RAJAS est lié au mouvement : comment allons nous organiser nos mouvements musculaires et respiratoires. Observons pendant toute la durée de la posture notre respiration comme vecteur de mouvement qui permet de relier le bas (notre ancrage au sol) et le haut.

SATTVA : liée à la légèreté , et donc à l’étirement du corps dans la posture.

Observez la souplesse qui part du sol, étire toute la colonne vertébrale et donne de la légèreté et de la grâce au corps !