santé

Lâcher-prise

Le stress serait la maladie du siècle. Notre vie moderne trépidante en serait la cause. Les psychologues distinguent le bon stress et le mauvais stress, selon qu’il nous stimule (un nouveau challenge par exemple) ou nous crée de l’anxiété (un événement ou une émotion déplaisante).

Pourtant le stress fait partie de la vie. Dans les temps anciens, il était même nécessaire à notre survie. En effet, le stress est une réponse du corps et du mental face à un danger grave ; un danger qui menace directement notre vie. Face à un tel danger, toutes sortes de réactions chimiques et métaboliques se mettent en place grâce au système sympathique pour donner une réponse adéquate face à ce danger. En principe il n’y a que 2 réactions possibles : combattre ou fuir. . Tout cela demande beaucoup d’énergie et le corps a évidemment besoin de récupérer et de se reposer une fois le danger passé.

Mais que ce passe t-il alors dans nos sociétés , où nous ne sommes, à de rares exceptions, plus jamais confrontés à un danger mortel ? Chaque petit désagrément de la vie de tous les jours se transforme en source de « danger », engendrant les différentes réactions en chaîne du stress. Nous voilà en mode « stress permanent ». Comme il s’agit de stress causé par des petites choses à priori anodines, on ne se rend pas toujours compte immédiatement de notre état de stress. Et puis, cela devient une habitude, donc quelque chose de normal.

Mais cela à un prix pour notre corps et notre mental : l’épuisement. Nous n’avons pas l’habitude de nous mettre au repos. Voyez comment votre agenda est toujours surchargé, car il n’est pas concevable de prévoir une pause dans notre journée, il nous faut toujours plus et toujours mieux rentabiliser notre temps. Tout cela épuise notre corps et notre mental. Nous avons besoin de recharger notre système sympathique pour qu’il soit opérationnel au moment voulu.

Le yoga peut nous apporter une réponse en nous apprenant à nous détacher des choses. Prenons conscience que tout l’univers fonctionne par cycle. Nous aussi, avons besoin d’un temps pour travailler, un temps pour nous divertir, et un temps pour nous reposer. Prenons conscience également de l’impermanence des choses matérielles, pour mieux nous en détacher, pour ne pas nous y attacher désespérément.

Alors prenons le temps de faire une pause, régulièrement et pratiquons la relaxation. Se relaxer ne veut pas dire ne rien faire , ni s’endormir. Il est important de rester conscient pendant toute la durée de la relaxation. C’est un moment pour prendre conscience des différentes tensions présentent dans notre corps, nos muscles, notre esprit. On peut les observer, comme un observateur extérieur, sans chercher à s’y identifier. C’est en prenant conscience qu’on pourra se relâcher vraiment. Relâcher nos muscles leur permets de se reposer, de récupérer, afin d’être en état de marche optimal au moment où on les solliciteras. Observer également pendant votre relaxation le flux de votre respiration. Voyez si votre respiration est régulière et profonde.

Vous pouvez pratiquez la relaxation le plus souvent possible. Même une relaxation éclaire et bénéfique. Pratiquez au bureau, entre 2 dossiers ou entre 2 clients, en voiture, lorsque vous êtes au feu rouge, au magasin lorsque vous êtes dans la file des caisses, etc, etc. Inspirez et expirez profondément, relâchez les tensions dans vos muscles et voyez comment vous déborderez toujours d’une énergie calme et paisible en toute circonstance.